Troll : La course à la simplification de l’informatique est-elle dangereuse ?

Rédigé par Raphaël Aucun commentaire
Classé dans : Le clavier qui bave Mots clés : aucun
Où comment les interfaces modernes soustraient le michu de comprendre les rouages et peuvent l’amener à la dépendance aux logiciels privateurs voire à infecter sa machine.

Vous le savez, le confinement a attiré comme des mouches, du plus expert au « michu moins moins », les gens vers les technologies informatiques et particulièrement vers les solutions de visio-conférence. La multiplicité des offres est affolante et on ne sait vers laquelle se tourner. Les critères se baseront sur la fiabilité et la simplicité d’utilisation. On oublie la sécurité et la confidentialité, il faut être efficace, vous nous enquiquinez, vous les informaticiens avec ça.

Comme vous l’avez deviné, sans être un extrêmiste, il se trouve que je fais parti de ces empêcheurs de tourner en rond. Du moins, je suis sensibilisé à la question et j’essaie le plus possible de me tourner vers des solutions éthiques et bien entendu, je tente de persuader les moins informés d’adopter lesdites solutions. Mes victimes sont généralement déjà plus ou moins conscientes de ces problématiques et sont assez ouvertes pour me suivre dans mes délires. Jusque là, ça a bien marché. Le problème est quand on entraîne une de ses victimes qui elle-même, de par sa profession, doit en entraîner d’autres. « Et là, c’est le drame ! »

Je suis persuadé que vous avez deviné de quel logiciel je parle ! Une solution libre, respectueuse de la vie privée, simple et déployée à tour de bras en de multiples instances depuis quelques semaines … De Jitsi Meet bien sûr !

Libre, respectueuse de la vie privée, aucun doute. Simple ? je le pensais jusqu’alors !

Que faire quand l’amie qui a réussi parfaitement à adopter la solution que vous lui avez proposée, essaie d’assister une de ses clientes à se connecter pour rejoindre l’atelier commun et que ladite cliente n’y parvient pas et que bien sûr, vous ne savez pas ce qu’elle fait, quelle procédure elle suit ni quelle machine elle utilise (téléphone Android, iPhone, ordinateur PC ou Mac) ? Très difficile d’aider l’aidante de la cliente ! Vous me suivez ? Tout le monde finit par abandonner et on adopte le (hmm, « bon vieux Whatsapp »).

Mais comme votre serviteur est un coriace, maintenant qu’il tient la personne directement en ligne, il la soumet à l’interrogatoire et apprend qu’elle a d’abord essayé avec son téléphone, puis avec son ordinateur. Mais comment essayait-elle de se connecter ? En tapant dans le formulaire de recherche Google l’URL qu’on lui donnait, « le code » comme elle dit. Évidemment, en voulant tout taper, "https://xxx.net/xxx" et avec certainement quelques erreurs au milieu. Vous l’aurez compris, taper une adresse URL dans un champ de recherche ne peut que mener à l’échec.

Cette anecdote, au combien banale m’interroge. Quel a été le ressenti de la personne ? Qu’il était plus simple de passer par Facebook ou « am stram gram ». L’amie thérapeute était prête à payer un abonnement à Zoom. Rassurez-vous, je n’ai pas changé d’avis, pour moi, Jitsi Meet, ou Big Blue Button, qu’importe, reste la solution la plus simple et répondant à mes autres critères. Mais je me dis que, s’il est plus difficile d’entrer une URL que de télécharger un client lourd comme Zoom, en le cherchant sur Google, cela implique deux aspect : la dépendance aux logiciels privateurs et le risque de télécharger des virus.

Mais alors, qu’est-ce qui conduit à cette situation ? L’ignorance ? la paresse intellectuelle ? sont-ce les interfaces qui génère cette ignorance et cette paresse intellectuelle ? Comment en arrive-t-on à confondre champs de recherche et barre d’adresse ?

D’aucun me diront qu’on ne peut exiger tout le monde à maîtriser la technique. Cependant, je suis soufflé de constater les trésors d’ingéniosité que peuvent déployer certains michus quand il souhaitent parvenir à faire quelque chose en informatique. Télécharger, installer un logiciel, du moins sous Windows, me semble hautement plus complexe que taper une URL dans une barre d’adresse !

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot dsmw ?

Fil RSS des commentaires de cet article