Mon bilan après une année d’accordéon diatonique

Rédigé par Raphaël Aucun commentaire
Classé dans : Le clavier qui bave Mots clés : aucun
Je vous en parlais l’année dernière, je prends des cours d’accordéon diatonique.

Très étonnamment, j’ai assez vite pris en main cet instrument et ai abordé un répertoire intéressant. Il faut dire que le confinement a malgré tout favorisé ce travail.

Le répertoire de l’accordéon diatonique est essentiellement trad, il accompagne des danses : bourrée, mazurka, scottish, valse etc.

Venant du classique, avec le piano, je dois avouer que de prime abord, ce répertoire ne me tentait pas trop et que ce qui m’intéressait, c’était d’accompagner de la chanson, comme le fait merveilleusement bien Coline Malice. Mais finalement, comme c’est la base pour débuter, j’y ai pris goût ; surtout depuis que j’ai l’occasion, même modestement, de jouer avec d’autres musiciens au Kiosque du jardin du Mail à Angers, où nous accompagnons des danseurs.

Chromatique ? diatonique ? La question s’est posée bien entendu, mais elle a été vite balayée faute d’enseignement en chromatique. Aujourd’hui, je trouve que le diatonique me convient très bien et qu’il contribue à me socialiser. Je pense que je serais resté aussi isolé que je ne l’étais avec le piano.

Ma principale difficulté n’a pas été l’aspect musical, mais la tenue de l’instrument, qui avait la fâcheuse tendance à ballotter de gauche et de droite. Je pense aujourd’hui avoir stabilisé l’accordéon, à l’aide d’attaches dorsales et un meilleur positionnement.

Il reste cependant du travail technique avec le « tirer pousser », qui est une difficulté pour beaucoup de débutants. C’est notamment cette difficulté qui me fera rester un temps sur un accordéon deux rangs ; je ne suis pas prêt pour jouer dans la cours des grands en attaquant le trois rangs.

En conclusion : c’est un instrument vraiment chouette ! Le « tirer pousser » le rend intellectuellement intéressant. Le travail uniquement d’oreille est un énorme soulagement et le rend extrêmement motivant. Il permet de rencontrer des musiciens de tous horizons, qui montre bien que la musique n’est pas et ne devrait pas être réservée à une élite.

Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot umyvyb ?

Fil RSS des commentaires de cet article